musique bibliothèque

Donny Hathaway : « Everything is everything » (1970)

April 8, 2017

Arrangeur renommé (The Impressions, Carla Thomas), Donny Hathaway a fait ses grands débuts en solo en 1970 avec cet album remarquable et différent. Musicien issu d’une formation prestigieuse (Howard University), Hathaway a été nourri au gospel et à la musique classique, un background à la fois typique (le gospel) et étonnant (le classique) qui alimente les arrangements de l’album et le jeu de piano de l’artiste (cf. l’excellent solo de « Thank you Master (for my soul) »). Entouré d’un groupe de musiciens redoutable (notamment le bassiste Louis Satterfield, dont l’intro sur le premier titre « Voices inside » est inoubliable de groove) Hathaway fait ainsi le grand écart entre le profane et le sacré (« Thank you Master ») ajoutant une touche de jazz tout en ancrant son message d’une réalité sociale certes dure mais inspirante (cf. la pochette) : « Tryin’ times », le tube « The Ghetto » (formidable dans sa version live sortie deux ans plus tard) et « To be young, gifted and black » (reprise de Nina Simone). Excellent chanteur, à la voix douce et mélodique, Hathaway incarne littéralement ses chansons, rendant la réalité décrite dans ses paroles particulièrement poignante, de la véritable soul music en somme, même lorsqu’il ne dit pas grand-chose (cf. « The Ghetto »). Hélas ces débuts remarquables seront quasiment le chant du cygne de l’artiste, décédé dans des circonstances tragiques après une chute, dont on ignore toujours si elle est accidentelle ou non, du 15ème étage de l’immeuble Essex House à New York, neuf ans plus tard.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

*