musique bibliothèque

Jeff Beck Group (1972)

February 24, 2017

Un terrible accident de voiture en 1970 a contraint le guitariste Jeff Beck a prendre du recul. Lorsqu’il revient en 1971, accompagné d’un nouveau groupe le guitariste est régénéré. Après la pomme (sur la pochette de « Beck-Ola », 1969), l’orange ! Sur cet effort, sorti en 1972, la magnifique six cordes de Jeff se révèle particulièrement aventureuse. On retrouve certes les influences blues qui ont fait sa réputation (cf. « Tonight I’ll be staying with you ») mais c’est pour mieux s’en éloigner par la suite lorgnant vers un groove soul (fantastique « Ice cream cakes » d’ouverture) ou une première tentative de fusion vers le jazz (« Sugar Cane »). Une telle diversité n’est possible qu’entouré par un groupe de haut vol. L’accompagnement est ici de tout premier ordre. La souplesse de la section rythmique Clive Chaman (basse) et Cozy Powell (batterie) est formidable sur les titres les plus rythmés. A ce titre cet album reste (au choix) soit inspirant ou, au contraire, totalement traumatisant pour bon nombre d’apprentis batteurs (cf. « Ice cream cakes »). Le piano de Max Middelton apporte une couleur supplémentaire (« Sugar Cane » et ses percussions rappelant Curtis Mayfield, « Going down ») entre jazz et soul. Signalons enfin le chant soul et incarné de Bob Tench qui se glisse sans peine dans les pénates abandonnées par Rod Stewart en accentuant cet aspect soul sans le côté rauque de son prédécesseur. Pour le reste, la guitare de Jeff Beck reste éblouissante de virtuosité et n’oublie pas le rock (“I got to have a song”) teinté de psychédélisme (le sitar de « I can’t give back the love I feel for you »). On aurait tort de sous estimer ce classique, un peu mineur dans la discographie de son auteur, mais profondément attachant. Son écoute se révèle toujours être un bon moment.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

*